Scandales au musée de l’histoire de Sherbrooke!

26 juillet 2021 / Julie Meese

Lorsque vous entendez le mot « scandale », qu’est-ce qui vous vient spontanément à l’esprit? Déjà, le mot en lui-même, lorsque nous le lisons en gros caractère sur la première page des journaux et des magazines pique d’emblée notre curiosité et nous cherchons souvent à connaître ce qui se cache derrière. Et, on va se le dire, les scandales font vendre et, à l’ère numérique, un titre dit « scandaleux » va générer un très grand nombre de clics. Le scandale est aussi rassembleur. Qui ne s’est pas retrouvé entre amis et avec la famille à discuter des derniers dossiers choquants qui ont fait l’actualité? Le scandale peut provoquer plusieurs sentiments allant de la stupéfaction, au dégout et à l’incrédulité. Mais pourquoi un tel évènement peut être scandaleux chez certaines personnes et tout à fait normal chez d’autres? Pourquoi un évènement qui paraît banal de nos jours pouvait faire l’objet d’un scandale dans le passé? Quels sont les caractéristiques d’un scandale, en quoi est-il constitué, de quoi se nourrit-il?

L’exposition Scandales et préjugés présentée au musée de l’histoire de Sherbrooke entre dans le cœur du sujet. Grâce aux nombreux articles de journaux de la région estrienne dont La Tribune, Le Pionnier, Le Progrès du l’Est et The Sherbrooke Daily Record, vous serez à même de constater que les scandales évoluent au fil du temps et qui sont porteurs de changements sociaux.

Opinion publique et préjugés

L’opinion publique et les préjugés sont au centre du scandale. Qu’entendons-nous lorsque parlons d’opinion publique? L’exposition en donne une bonne illustration et une explication très claire. L’opinion publique est l’ensemble de convictions, des préjugés et des valeurs individuelles dans le cadre d’une discussion sur un sujet commun.[1] Les médias en sont souvent le reflet et il arrive qu’ils se nourrissent l’un et l’autre. Le préjugé vient de nos croyances et de nos valeurs. Les préjugés arrivent souvent lorsque nous rencontrons quelque chose qui détonne, qui va contre l’ordre établie, contre quelque chose qui nous dérange intrinsèquement. À travers les décennies, force est de constater qu’il y a eu de grands changements dans ces domaines.


Les femmes au centre du scandale

S’il y a un genre qui a été confronté à l’opinion publique et aux préjugés des différentes époques, c’est bien la femme. Aussi navrant que cela puisse paraître, les femmes étaient par qui le scandale arrivait! Pourquoi? D’abord, il y avait le rôle que la femme devait avoir dans la société et dans la maison. C’est-à-dire, une personne soumise à son mari et responsable de l’éducation des enfants tout en restant bien sage, obéissante et … habillée « décemment ». D’ailleurs, une section de l’exposition est consacrée à ce dernier point. Par exemple, le scandale de la bicyclette est assez révélateur d’une société où celles-ci ne devaient pas montrer trop de bout de peau au risque d’être considérées comme des femmes de petite vertu.

Une exposition qui pousse à la réflexion

Depuis un siècle, les scandales ont été bien présents dans nos vies de tous les jours et les médias ont joué un rôle de premier plan dans leur diffusion. Des couvertures de journaux jusqu’aux médias sociaux, le scandale a pris différentes formes. À l’aide d’exemples frappants, cette exposition propose des pistes de réflexions fort intéressantes sur l’évolution de notre société et sur notre façon de voir le monde.

L’exposition Scandales et préjugés est présentée au musée de l’histoire de Sherbrooke jusqu’au 24 octobre 2021.



[1] Exposition Scandales et préjugés, musée de l’histoire de Sherbrooke

Partager

À propos de l'auteur
Julie
Meese